Le contrat Freelance Academy

Le contrat Freelance Academy

Je voulais revenir sur le sujet des contrats que j’ai présenté comme notre dernier challenge en date lors de mon précédent article sur notre première année.

J’y expliquais que suite aux nombreux retours des personnes ayant signé notre contrat actuel, nous souhaitions revoir ce dernier en profondeur pour lui permettre de mieux répondre à leurs attentes et tant qu’à faire améliorer au passage ses implications sur nous. Faisons tout d’abord un petit tour de la question.

Ce que les élèves reprochent à notre contrat actuel

Le premier reproche est qu’il ne fait que garantir leur niveau de vie. Cela parait bien au premier abord et c’est l’une des principales raisons qui les a fait signer. Mais la façon dont cette sécurité est implémentée est gênante : en effet, on récupère tout ce qui est au dessus du niveau de vie pour financer la formation. Les élèves touchent donc leur niveau de vie, mais c’est tout.

Ce n’est pas facile pour eux de voir qu’ils facturent 8 000 – 14 000 € / mois et qu’ils ne peuvent pas dépenser 1 000 euros pour lancer une nouvelle activité ou rembourser une vieille dette. Nous avons bien mis en place un système de rétribution supplémentaire pour les étudiants qui arrivaient à bien se vendre, mais il n’est pas assez rémunérateur pour être vraiment motivant et efficace. En un mot : cette approche manque sérieusement de flexibilité.

De plus, pour garantir les revenus de Freelance Academy, nous nous calons en tant qu’intermédiaire entre nos élèves et leurs clients. Cela pose problème à certaines SSII qui voient d’un mauvais œil l’arrivée de ce nouveau maillon qui rend l’ensemble encore plus bancal légalement parlant.

Ce que nous reprochons nous au contrat

Nos reproches à nous sont liés à ceux que nous ont fait les élèves. Déjà, être intermédiaire nous oblige à signer beaucoup de contrats et à gérer de nombreuses relations clients inutilement. C’est beaucoup trop d’administratif.

De plus, le système actuel incitait aux mauvais comportements et donc au lieu de pousser les élèves à faire mieux, il les poussait à ne pas se fouler. En effet, la rémunération supplémentaire apportée par un tarif vendu élevé n’était pas extraordinaire. Du coup, certains ne voyaient pas d’intérêt à se décarcasser pour augmenter leur tarif (même si ils profiteraient de cette capacité après Freelance Academy).

Dans la même veine, les jours non-travaillés étant payés (dans une certaine limite), ne pas être en mission revenait en fait à faire baisser fictivement le prix de la formation en transformant une journée glandouille appréciable en une paye. Les élèves qui payaient le plus cher la formation étaient donc ceux qui « performaient » et jouaient le jeu, et ceux qui la payaient moins profitaient d’une formation franchement moins chère (on a constaté que l’écart montait à plus 40 000 euros entre un élève méritant et un « profiteur »). Bref, c’était pas tenable. On voulait que la courbe de prix de la formation soit plutôt tirée dans l’autre sens.

Enfin ce que l’on voulait garder : une formation « gratuite » pour ceux qui se donnent le mal. Une facilité à démarrer grâce à un apport d’argent de notre part pour se lancer sans stress. Des cours de qualité et un séminaire génial. On a expliqué tout ça à notre avocate. Elle nous a promis une première ébauche rapidement et… Silence radio. On a plus jamais entendu parler d’elle. Au bout de quelques mois, on a fini par se rendre à l’évidence : on avait perdu notre avocate ! On ne comprend pas du tout ce qui nous a valu ce couperet et on espère qu’un jour on aura une réponse.

On a donc dû trouver une nouvelle avocate. Notre experte-comptable, en qui nous avons une confiance absolue, nous a conseillé une personne très qualifiée et réactive (si si, toujours des femmes je vous disais ! on le fait même pas exprès en plus ^^) qui s’est avérée très pro. On a rapidement eu une version du nouveau contrat sur lequel on a itéré pour arriver à ce qui nous semble maintenant avoir abouti à un résultat supérieur en tout point à ce que l’on avait avant.

Mais qu’est-ce qui change au juste ?

    • Déjà, on a supprimé la clause d’exclusivité
      • Nos élèves pourront désormais travailler pour n’importe qui et contractualiser directement
      • On reste intermédiaire sur les flux financiers tout de même pour limiter les risques de notre côté
    • Pour la flexibilité et faire payer les étudiants au mérite on a trouvé une solution : rétablir un prix à la formation. De cette façon on peut la facturer par petits bouts pendant un an et demi. Cela permet d’avoir plus d’argent dès le début pour augmenter son niveau de vie
    • Pour inciter à régler la formation aussitôt que possible ? Un système de bonus/malus qui octroie une réduction lorsqu’une échéance est payée en avance et des pénalités dans le cas contraire. Il est donc du coup toujours possible de payer la formation en un an comme avant
    • Pour la sécurité, une garantie de résultat : si l’élève n’a pas gagné son niveau de vie plus la valeur de la formation dans les 2 années qui suivent le retour du séminaire, on lui rembourse la différence (à hauteur de la valeur de la formation). Ainsi on continue à prendre en charge la majorité du risque financier
    • Pour aider à démarrer : un système de prêt à taux zéro qui permet d’avoir de la trésorerie pour se payer le temps de lancer la machine et de rester zen

Bonus : le nouveau contrat garantit un accès aux nouveaux cours pendant une période de 2 ans suivant le retour du séminaire.

Ces gros changements nous on occupé plusieurs mois mais nous avons enfin à peu près terminé de les mettre en forme. Une release candidate du premier contrat est entre les mains des promos 2 et 3 pour avoir leurs avis et faire les dernières itérations. On espère avoir une version finale dans les prochaines semaines.

En parallèle, nous avons relancé le processus de recrutement pour former une promo 4 et avons déjà rencontré pas mal de candidats intéressés.

Départ début janvier sur de nouvelles bases pour une destination secrète, comme toujours, si tout se passe comme prévu !

Les commentaires sont clos.